Les origines du Père Noël

La fête de Noël ne saurait être célébrée sans son personnage principal : le Père Noël. Et, bien qu’aujourd’hui on trouve normal d’attribuer le rôle de distributeur de cadeaux à ce dernier, il n’en a pas toujours été ainsi. Comme les autres symboles de l’événement, Santa Claus a lui aussi son histoire, son origine. Pour bien comprendre la naissance de cette figure iconique des fêtes de fin d’année, il faudra revenir à la source et connaître l'identité de celui qui a inventé le Père Noël.

 

La légende du Père Noël : des racines européennes

Le choix des traits de personnalité et du costumes du Père Noël n’est pas le fruit du hasard. En effet, le personnage doit ses différentes caractéristiques à Saint Nicolas, un saint homme originaire de la Turquie. L’Église catholique considère ce dernier comme le protecteur des enfants, mais également le patron des écoliers, des voyageurs et des pêcheurs. St Nicolas avait pour habitude de porter sa barbe blanche et de ne jamais se séparer de son manteau rouge. Il se déplaçait fréquemment sur le dos d’un âne. On peut facilement remarquer les similarités avec le Père Noël moderne. D’ailleurs, l’appellation « Santa Claus » vient du hollandais « Sinter Klaas » qui est resté dans la culture des Pays-Bas malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui a aboli le jour de la Saint Nicolas. Quand des ressortissants du pays se sont immigrés vers le “Nouveau Monde” (les Etats-Unis), ils ont tout de même gardé cette culture et l’ont transmise aux générations suivantes.

 

Les premières apparitions du Père Noël

On ne pourrait pas dire qu’il est apparu comme par magie au milieu d’un groupe d’enfants. Le mieux serait plutôt de se référer aux documents historiques qui traitent du sujet. On rapporte donc que c’est en écrivant le conte « La nuit avant Noël » pour ses enfants, en 1821, que le professeur Clement Clarke MOORE a imaginé le Père Noël dans son traîneau. Deux ans après, une autre comptine pour enfant « La visite de Saint-Nicolas » est relayée par le « Sentinel », un grand journal américain. On peut lire dans ce nouveau conte que des lutins aidaient le Père Noël à rassembler et à distribuer les cadeaux. L’auteur est même allé jusqu’à préciser le nombre des rennes (8 selon lui) et leur donner des noms. Et pour que la légende soit bien reconnue, une troisième histoire de laquelle s’inspire la chanson de Noël « le petit renne au nez rouge » vient compléter la collection en 1939, en ajoutant un renne de plus à l’attelage. Mais durant cette longue période (de 1823 à 1939), il se passe encore d’autres faits remarquables. En effet, en 1863, le journal américain « Harper's Illustrated weekly » publie un dessin qui va totalement changer l’image du Père Noël. L’auteur Thomas Nast imaginait le personnage comme un gros bonhomme vêtu de fourrure et portant une ceinture ainsi que des bottes en cuir sans oublier les rennes et le traîneau. Nast s’est aussi posé des questions sur le lieu de fabrication et l’itinéraire du Père Noël concernant les cadeaux et leur distribution. Il a donc mis en place un parcours qui va du pôle Nord jusqu’aux USA. Un peu plus tard, le grand écrivain Georges P. Webster confirma les idées de Nast en attestant que les jouets sont bien réalisés au pôle Nord, notamment en Laponie, par une entreprise spéciale dirigée par Santa Claus.

 

Père Noël : le coup de maître de Coca Cola 

L’image du gros bonhomme en rouge savourant une bouteille d’une boisson rouge-noir a sans doute fait le tour du monde. Nous la devons à Coca Cola, une grande société internationale productrice et distributrice de boissons gazeuses. Elle a eu l’initiative, en 1931, de demander au dessinateur Haddon Sundblom de leur proposer une autre version du Santa Claus. Cette fois-ci, le Père Noël rouge profitera de ses heures de pause pour boire un peu de Coca Cola avant de reprendre sa tournée des cadeaux. Bien qu’il s’agit d’une publicité, cela a quand même permis à de nombreux enfants d’en connaître un peu plus sur le personnage. Le blanc et le rouge ont été choisis comme le thème de l’affiche et sont dès lors devenus les couleurs dominantes durant la fête de Noël. Cette conception était d’abord jugée comme païenne et inappropriée par les grandes églises. Ces dernières voyaient en l’événement la célébration de la nativité et en aucun cas le culte d’un personnage fictif. Cependant, cette nouvelle approche a quand même permis de répandre l’esprit de Noël à travers le monde. La firme a aussi modifié sa publicité afin de l’adapter aux demandes des chrétiens qui sont de porter un message d’amour et de bonté à l’occasion de cette fête.