Un chant de Noël, un conte de Charles Dickens

Un chant de noël” est un conte classique pour les fêtes de Noël. Cette histoire fantastique met en scène les aventures d’Ebenezer Scrooge, le personnage principal du récit. Par ailleurs, cette œuvre de Charles Dickens a bercé petits et grands depuis sa publication en 1843. 

D’ailleurs, elle a inspiré de nombreux réalisateurs et dessinateurs de BD jusqu’au point où il existe plusieurs déclinaisons de l’histoire. En effet, on peut la voir sous la forme d’une bande dessinée, sinon, elle existe aussi en version animée sur grand écran. “Le Drôle de Noël de Scrooge” et “Le Noël de Mickey” de Disney en sont la preuve. 

En tout cas, malgré le succès planétaire de ce récit, on ne connaît pas forcément les origines et les petits détails de cette œuvre. Il est temps de lever le voile sur sujet et d’éclaircir les différentes zones d’ombre. Focus sur “Un chant de noël”, un intemporel de Dickens.

 

Genèse du cantique “Un chant de Noël”

Tout d’abord, “Un chant de Noël” est aussi connu sous les titres de “Cantique de Noël”, “Chanson de Noël” ou encore “Conte de Noël” en français. Il s’agit d’une histoire d’origine anglaise écrit par Charles Dickens, un romancier et un dramaturge qui a vécu à l’époque de l’Angleterre victorienne.

Il faut savoir que ce conte de Noël est publié pour la première fois le 19 décembre 1843 chez la maison d’édition Chapman and Hall. La version originale est intitulée “A Christmas Carol”. 

Elle raconte l’histoire d’Ebenezer Scrooge, un vieil homme avare, méchant, voire misanthrope. Le récit se présente sous forme de cinq couplets. Ces derniers qui sont destinés à être lus, mais pas récités.

 

Un chant de noël
Un chant de noël 2€
Voir le produit Decitre

 

Que raconte le cantique “Un chant de Noël” ?

“Un chant de Noël” livre la bouleversante aventure d’Ebenezer Scrooge, un marchand riche mais avare, qui habite dans les rues de Londres. En gros, il relate les changements de ce personnage odieux et sans-cœur. 

D’ailleurs, on peut trouver ces quelques lignes dans le livre pour décrire le vieux monsieur : “Dur et tranchant comme une pierre à fusil dont jamais l’acier n’a fait jaillir une étincelle généreuse, secret, renfermé en lui-même et solitaire comme une huître.”

 

Premier couplet : le fantôme de Jacob Marley

L’histoire se déroule en 1843, tout comme la date de la sortie de l’ouvrage. La veille de Noël de cette année, le vieillard va vivre une expérience surnaturelle. En effet, le spectre de son ancien associé, Jacob Marley, qui est décédé sept ans auparavant va faire son apparition. 

Comme dans une hallucination, le fantôme est venu prévenir Scrooge de la visite de trois autres esprits. La venue de ces derniers est le seul moyen pour permettre à l’homme de ne pas être dans la même situation que lui. Effectivement, son âme se retrouve à errer et il doit se déplacer en traînant ses chaînes. 

C’est une punition qu’il doit subir à force de s’être focalisé sur les mauvaises choses et d’avoir laissé de côté l’indispensable pendant sa vie. On distingue le passage qui l’affirme dans le récit : “C’est le bien général qui était mon affaire ; c’est la charité, la miséricorde, la tolérance et la bienveillance ; c’est tout cela qui était mon affaire. Les opérations de mon commerce n’étaient qu’une goutte d’eau dans le vaste océan de mes affaires”.

 

Second couplet : le premier spectre de Noël

Ebenezer Scrooge reçoit la visite de trois spectres les trois nuits suivant l’arrivée du fantôme de Jacob Marley. Ceux-ci lui font assister à des scènes de Noël qui se déroulent à différentes époques de sa vie en tant que spectateur invisible. 

En premier lieu, il y a l’Esprit du Noël passé. Celui-ci fait revivre à Scrooge les soirées de Noël lorsqu’il était encore enfant. L’insensible vieux marchand se retrouve alors confronté à sa propre enfance. 

À l’époque, il connaissait déjà la solitude dans le pensionnat où il vivait. En voyant plusieurs souvenirs défiler, Scrooge distinguait le moment où belle, sa fiancée de l’époque lui a rendu sa bague en lui blâmant de préférer l’argent plus que leur couple. Le fait de se remémorer toutes ces scènes ne manque pas d’émouvoir le vieux grippe-sou.

 

Troisième couplet : le deuxième spectre de Noël

Le soir suivant, le second spectre, celui du Noël présent apparaît à Scrooge. Celui-ci l’amène dans les rues de Londres jusqu’à l’habitation de Bob Cratchit, l’employé du vieillard qu’il ne manque pas de malmener tous les jours avec ses mauvaises conditions de travails. 

L’esprit de Noël présent montre les scènes de ménage et les préparatifs du repas de Noël de Bob Cratchit, de sa femme et de leurs enfants dont Tiny Tim, leur fils. Malgré cette soirée de fête, la table de la famille Cratchit paraît quand même bien maigre comparée aux autres foyers. Toutefois, chacun d’eux savoure chaque bouchée et apprécie le moment passé ensemble en se souhaitant un joyeux Noël.

Cette scène presque banale dans chaque foyer émeut le vieux Scrooge. En effet, il faut savoir que le jeune Tiny Tim est malade. On se demande bien si, dans son état, il va encore être là le jour de Noël pour l’année prochaine.

 

Quatrième couplet : le troisième et dernier spectre de Noël

Le dernier soir, Ebenezer Scrooge reçoit la visite du troisième Esprit, celui du Noël futur, vêtu d’une longue robe noire. Il est amené dans une chambre à peine éclairée où gît le corps d’une personne qui vient de mourir. 

Son corps est recouvert par un drap. Scrooge est alors curieux de qui se cache dessous et est tenté de soulever le drap. Malgré, il hésite quand même et ne le fait pas encore.

Toujours dans un univers glauque, l’Esprit du Noël à venir conduit le vieux monsieur à la maison de Bob Cratchit. Ici, aussi, l’ambiance n’est pas aussi joyeuse et est tout aussi sombre que la scène précédente. En effet, la famille de l’employé de Scrooge pleure la mort de Tiny Tim, qui vient de succomber à sa maladie. 

En voyant le corps sans vie du jeune garçon, le vieil homme se demande alors qui peut être la personne décédée sous les draps, dans la pénombre. Se sentant prêt à vérifier l’identité de celle-ci, quelle ne fut pas sa surprise en voyant “Ebenezer Scrooge” sur la tombe tout en se demandant si les images qu’il vient de voir peuvent encore être modifiées. Une vision qui va métamorphoser l’odieux marchand à jamais !

 

Cinquième couplet : conclusion de l’histoire

Dans le dernier et cinquième de ce récit de Dickens, on rencontre un Scrooge qui répète encore des promesses de changer ses mauvaises manières. En tout cas, en se réveillant, le vieux monsieur apprend par son voisin d’en bas que c’est le jour de Noël. 

Il se dépêche alors de préparer les fêtes de Noël ; une prouesse alors qu’il y a quelques jours, il détestait cette période de l’année plus que tout. 

Rappelons aussi qu’au début du livre, il affirme "Si je pouvais en faire à ma tête [...] tout imbécile qui court les rues avec un gai Noël sur les lèvres serait mis à bouillir dans la marmite avec son propre pudding et enterré avec une branche de houx au travers du cœur.” Il finit également par accepter l’invitation de son neveu au repas de Noël. 

Par ailleurs, l’ancien avare accorde une augmentation à son employé, monsieur Cratchit. Tout est bien qui finit bien, si bien que les deux hommes partagent un punch fumant dans l’après-midi.

 

“Un chant de Noël”, une histoire pleine de leçons

L’aventure de Scrooge, grincheux, odieux et avare va être bouleversée par sa rencontre avec les trois esprits de Noël. Sa vision de la vie, son comportement envers les autres et ses manières vont être transformées après ces apparitions. 

En même temps, les “hallucinations”qu’il voit à travers les esprits passé, présent et futur de Noël laissent entendre qu’il faut bien affronter et passer son vécu. En même temps, elles démontrent que les choix que l’on a fait auparavant amènent là où on est, au présent. Puis, on peut aussi conclure que l’on peut changer le cours de l‘histoire en reprenant sa vie en main.

D’autre part, le message principal de ce conte de Noël est sans appel : il est essentiel de se préoccuper des autres et de faire le bien autour de soi avant qu'il ne soit trop tard. Et, cela, dans la mesure du possible, selon ses moyens. 

Il faut aussi mettre en avant l’esprit de Noël qui représente la générosité, le partage, la convivialité ainsi que l'allégresse. Tous ces points portent sur une étude de la pauvreté, de la méchanceté et de l’égoïsme, qui peuvent être les fruits du train-train quotidien.

Ce récit touche un large public, petits et grands. Par ailleurs, il a connu un grand succès en Grande-Bretagne et aux États-Unis. 

En même temps, “A Christmas Carol”, de son titre original a touché plusieurs générations. Une audience qui ne risque pas de diminuer avec le temps. En effet, depuis sa publication en décembre 1843, “Un chant de Noël” est toujours aussi populaire de nos jours.

 

“Un chant de Noël”, un conte adapté au cinéma

Le récit de Dickens “un chant de Noël” a séduit de nombreux lecteurs, partout dans le monde. On le rencontre actuellement sous plusieurs formes d’adaptations. En effet, le cinéma, le théâtre et le domaine de la bande dessinée ont décliné l’histoire de Scrooge. 

Sur grand écran, on le connaît sous le titre du célèbre long métrage “Le Drôle de Noël de Scrooge”. Toutefois, ce film d’animation est déconseillé aux moins de 12 ans en raison de son univers sombre et lugubre. 

Du coup, les studios Disney ont adapté l’histoire de vieil homme grincheux et ont sorti une version destinée aux enfants. Celle-ci s’intitule “Le Noël de Mickey”. Découvrez les détails dans les paragraphes suivants.

 

“Le drôle de Noël de Scrooge”, sur grand écran

Le film “Le Drôle de Noël de Scrooge” est sorti en 2009. Il a été réalisé par le talentueux Robert Zemeckis qui est fan de la technologie de la motion capture. C’est une technique utilisée pour réaliser les films d’animation. 

Pour faire court, celle-ci capture les mouvements et les émotions jouées par les acteurs et les transfère sur des images virtuelles. Par ailleurs, ce long métrage est un des premiers à avoir fait recours à la performance capture dans l’histoire du cinéma tout le long de sa réalisation.

D’un autre côté, dans le casting du film, on trouve Jim Carrey qui interprète le rôle du personnage principal. L’acteur a dû se glisser dans la peau de huit personnages du film dont les trois esprits de Noël et Scrooge aux différentes époques de sa vie. 

Cette performance a dû demander beaucoup de travail au comédien. En effet, Jim Carrey a passé beaucoup de temps rien que pour travailler le caractère vocal de chaque personnage. À part lui, il y a aussi Cary Elwes et Gary Oldman qui jouent dans le film ; ou du moins qui incarnent les personnages.

 

“Le Noël de Mickey”, une version pour les enfants

“Le Noël de Mickey” est la version adaptée aux jeunes enfants développée par Disney. Celle-ci est sortie en 1993. Quoi qu’il en soit, l’histoire est basée sur le récit de Charles Dickens. 

D’ailleurs, le titre en anglais du dessin animé se rapproche de l’oeuvre originale du romancier britannique : “Mickey's Christmas Carol”. Toutefois, il ne met pas en scène l’univers sombre dans les rues de Londres où vivait Scrooge, comme décrit dans le petit livre. Puis, “Le Noël de Mickey” est un court-métrage, il dure un peu plus d’une trentaine de minutes. Le timing idéal pour retenir l’attention des enfants !

 

La couverture du livre de conte (source : booknode.com) :

un-chant-de-noel-506519

 

En savoir un peu plus sur Charles Dickens

Charles Dickens (1812 - 1870) est originaire de Hampshire, au sud de la Grande-Bretagne. Ce grand romancier fait partie des écrivains anglais les plus connus du XIXème siècle. Il a vécu sous l’époque de l’Angleterre victorienne.

Il faut savoir aussi Charles Dickens a également été journaliste. Il a été le fondateur de nombreux journaux hebdomadaires. En outre, ses articles traitent souvent des thèmes sur la littérature et des faits de société. 

Il était aussi un grand passionné de théâtre. L’homme de lettres s’est alors mis à mettre en scène des pièces de théâtre. Il a pu aussi quelquefois interpréter des rôles. 

Puis, Charles Dickens s’est lancé dans la lecture publique de ses récits. Très appréciées par les gens, ces oeuvres sont devenues rapidement populaires.

Charles Dickens a écrit “Un chant de Noël” après son voyage à Manchester, au nord-ouest de l’Angleterre. Ce romancier est engagé dans la lutte contre la pauvreté. Cet ouvrage qui relate les histoires sur Scrooge fait partie des réformes qui avaient pour but de considérer le côté humain à l’époque de l’Angleterre industrielle, sous la Reine Victoria.